Shop Forum More Submit  Join Login
Chapitre 2 : Le pudding à l'arsenic

Le monstrueusement grand, gras et laid souverain des gobelins se tourna vers les nains que venaient de capturer ses sujets et se demanda :

« Que peut-on bien faire de vous ? »

« Torturons-les ! » cria un des monstres, une proposition appuyée avec enthousiasme par tous ses congénères.

« Non, non, ce sont des invités. Respectons donc nos devoirs en tant qu'hôtes et servons-leur à manger. Un peu de gâteau, qu'en dîtes-vous ? »

Les gobelins répondirent avec enthousiasme tandis que les nains étaient étonnés, voire soulagés pour certains, lorsqu'ils entendirent qu'on leur servirait à manger et non pas qu'ils seraient servis à manger.

« Du gâteau ? On ne s'en tire pas si mal ! » s'exclama Bofur en souriant tandis que son frère Bombur se léchait les babines.

« Apportez le grand grimoire de pâtisseries empoisonnées ! » ordonna le roi.

En entendant ce titre, tous les nains pâlirent, Bombur en particulier.

Le Grand Gobelin ouvrit alors le grand grimoire, qui était soutenu avec peine par trois petits gobelins qui faisaient office de trépied, pour proposer plusieurs recettes aussi appétissantes l'une que l'autre, chacune rejetée par un gobelin qui faisait office d'assistant.

« Pâtisseries empoisonnées... Les beignets mortels ? »

« Moui. »

« Macarons foudroyants ? »

« Pas mal. »

« Tarte au venin de vipère ? »

« Classique. »

« Clafoutis au curare ? »

« Booof. »

Du moins jusqu'à-ce que le Grand Gobelin tombe sur cette dernière :

« Haaa, le pudding à l'arsenic ! »

« Oh oui ! » s'exclama l'assistant avec enthousiasme aussitôt imité par les autres gobelins.

Les gobelins commencent alors à jouer de leurs instruments improvisés tandis que le d'autres allument un feux et apportent divers récipients, ustensiles de cuisine et ingrédients.

La monstrueuse créature commença alors à chanter en même temps qu'il préparait l'immonde dessert aidé d'un assistant qui lui passait tous les ingrédients :

« Dans un grand bol de strychnine, délayez de la morphine. Faites tiédir a la casserole un bon verre de pétrole... Ho Ho, je vais en mettre deux. »

« Une minute, deux verres de pétrole ? Mais... il n'a pas changé de verre pourtant! Comment expliquer pareil prodige ? » s'exclama Kili en remarquant l'étrange phénomène

« Par magie ? » proposa Fili

« Pourquoi pas, » répondit son frère en haussant les épaules

« Quelques gouttes de ciguë, de la bave de sangsue. Un scorpion coupé très fin... » continua le roi des Gobelins à qui son assistant proposa :

« … Et un peu de poivre en grains ! »

« Nooon ! »

Sur ces mots, il embroche le petit gobelin qui est immédiatement remplacé par un autre poussé en avant par ses camarades, le nouvel assistant répond alors avec hésitation :

« Ah? Bon... »

Le roi se remit alors à l'ouvrage : « Émiettez votre arsenic dans un verre de narcotique. Deux cuillères de purgatif qu'on fait bouillir à feu vif... Ho Ho, je vais en mettre trois. Dans un petit plat à part, tiédir du sang de lézard. La valeur d'un dé à coudre... »

« … Et un peu de sucre en poudre ! » proposa l'assistant

« NON ! » répliqua sur un ton agacé son souverain

« Ah? Bon. »

Le roi et son assistant font ensuite une petite pause pour tourner le dos aux nains et exécutent quelques pas de danse, le roi enlève même de temps en temps sa couronne pour l'agiter en l'air.

Il reprend ensuite sa chanson en même temps que la recette : « Vous versez la mort-aux-rats dans du venin de cobra. Pour adoucir le mélange pressez trois quartiers d'orange... Ho Ho, je vais en mettre un seul. Décorez de fruits confits moisis dans du vert-de-gris. Tant que votre pâte est molle... »

Les nains remarquèrent alors avec horreur que le fouet qu'avait utilisé la créature s'était dissous lorsqu'il l'avait ressorti. Quelles horreurs peuvent-ils encore ajouter là-dedans ? Se demandèrent-ils.

« … Et un peu de vitriol ! »

« NON... OUIIIIIIIII !!! »

« Aaah... Je savais bien qu'ça serait bon. »

Le roi et son assistant se mettent alors à danser pendant quelques minutes le roi prend même une gigantesque poêle et en joue comme s'il s'agissait d'une guitare.

Le souverain retourne ensuite le plat pour démouler l'immonde pâtisserie.

Enfin, la chanson reprend : « Le pudding à l'arsenic nous permet ce pronostic, demain dans leurs souterrains, que mangeront les gobelins ? »

Le roi commença à répondre en enlevant sa couronne : « Des... »

Suivi de son assistant : « .. Sales... »

Enfin tous deux terminèrent la réponse : « … NAIIIIIIIIIIIIIIIIINS !!! »

Le Grand Gobelin achève alors la prestation par un « Da da da di dou bi da ! » suivi de son assistant qui se contente d'un « Yay ! ».

Le Grand Gobelin se tourna alors vers les nains dont les visages exprimaient soit la stupéfaction, soit le dégoût.

« Alors, qu'en dîtes-vous ? C'est une de mes compositions personnelles. »

Balin fut le premier à exprimer son opinion :

« Ce n'est pas une chanson, c'est une abomination ! Sans parler de la recette. »

Le reste de la compagnie appuya cette déclaration que ce soit par des mots ou comme Ori en devenant de plus en plus pâle et en se retenant à grand peine de vomir, suscitant ainsi l'inquiétude de ses frères qui le soutenaient.

La seule opinion discordante parmi les nains provenait de Bofur : « Oh, pour la recette je ne dis pas, mais j'ai trouvé la chanson plutôt entraînante. »

Ses camarades lui jetèrent alors un regard noir.

« Quoi ? » demanda-t-il sur un ton innocent.
La suite avec la deuxième chanson, Le pudding à l'arsenic, attribuée au roi des gobelins avec quelques allusions à la version longue.

Disclaimer: Comme vous en vous en doutez bien, ni le Hobbit ni Astérix ne m'appartiennent et je ne suis pas payée.
No comments have been added yet.

Add a Comment:
 
×

:iconzoccu: More from zoccu


More from DeviantArt



Details

Submitted on
October 17, 2014
Link
Thumb

Stats

Views
343
Favourites
0
Comments
0
×